La société fertoslhone était dure, intraitable, méprisante des faibles. Les enfants apprenaient à se battre et à manier les armes ; et si les lettres, les sciences, le commandement ou la stratégie politique n’étaient enseignés qu’aux nobles et aux plus aisés, tous apprenaient à daguer, à poignarder par derrière, à tromper, à intriguer. Et à se méfier, toujours. Y compris au sein de sa propre famille.

 

 

D’autres cartes, illustrations et textes inédits à venir.

Revenez nous voir !